Ouverture de l’exposition « 10 ans de fouilles archéologiques franco-azerbaïdjanaises »

L’exposition « 10 ans de fouilles archéologiques Franco-Azerbaïdjanaises » a été inaugurée jeudi 4 juillet au Musée des Beaux-Arts en présence de Madame Ségolène Royal, Ambassadrice pour les Pôles et ancienne ministre, du ministre azerbaïdjanais de la Culture M. Abulfaz Garayev, du Président de l’Académie des Sciences M. Akif Alizadeh et de Mme Aurélia Bouchez, Ambassadrice de France en Azerbaïdjan.

Cette exposition fait découvrir pour la première fois au public azerbaïdjanais, du 5 juillet au 5 août 2019, les résultats des recherches menées par les trois missions archéologiques franco-azerbaïdjanaises depuis 10 ans dans les régions de Tovouz, de Lenkoran et du Nakhitchevan. L’événement a été intégré au programme officiel de la 43ème session du Comité du Patrimoine de l’UNESCO, qui a débuté à Bakou le 30 juin dernier (https://whc.unesco.org/

La mission archéologique du Lenkoran (Azerbaïdjan) est donc bien présente dans l’exposition avec une salle entière où sont exposés de nombreux objets de la fouille, un film…

Liens :

https://news24.az/18052-fransa-azerbaycan-arxeoloji-qazintilarinin-10-illiyine-hesr-olunan.html

https://yenicag.ru/kakie-tayny-khranyat-nedra-zemli-v-baku-p/303950/

Carnet d’archéologie de la vallée du Lenkoran

Le carnet de la Mission archéologique du Lenkoran, Azerbaïdjan (MALA) vise à présenter les problématiques et les travaux en cours d’études, à partager et mettre en valeur ses recherches archéologique sur l’étude des sociétés de l’âge du Bronze et du Fer au sud de la république d’Azerbaïdjan.

Stèle représentant un guerrier (Monidigah).
Stèle représentant un guerrier (Monidigah).

Ce projet a aussi pour but de préciser la séquence d’occupation de la vallée du Lenkoran durant la transition entre l’âge du Bronze récent et le début de l’âge du Fer, de connaître les pratiques funéraires et l’architecture mégalithique, de distinguer les caractéristiques des nécropoles implantées en zone montagneuse de celles installées dans les vallées.

Cette mission, débuté en 2011 et soutenue par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), a aussi pour ambition de mettre en valeur le Caucase et le nord de l’Iran dans les recherches actuelles autour de l’exploitation des ressources, des changements environnementaux et sociétaux en milieux montagnards.

Jacques de Morgan et la vallée du Lenkoran

Jacques de Morgan est une figure importante dans le milieu archéologique du 19e siècle. Ingénieur des mines de formation, il s’intéresse à l’archéologie dès son plus jeune age. Son travail pour les compagnies minières lui permet alors d’entreprendre des prospections et fouilles de quelques sites.

Jacques de Morgan
Jacques de Morgan

En 1887 il quitte le travail d’ingénieur pour se consacrer à l’archéologie.
Il effectue des missions dans le Caucase et en Perse au cours desquelles il va s’intéresser à la vallée du Lenkoran dans la province de Lerik. Il découvre ainsi de nombreuses nécropoles contenant un matériel riche, qui sera rapporté au musée de St Germains en Laye et dont une partie à depuis été soumise à restauration et exposée.

Sépulture 3 de la nécropole de Djönü
Sépulture 3 de la nécropole de Djönü (d’après MORGAN J. de 1896).

Jacques de Morgan est l’un des premiers européens à avoir exploré cette partie du monde et ses travaux ont posé les bases de nos connaissances sur les pratiques funéraires de ces populations. C’est dans le but de reprendre et d’affiner ces données et le découpage chronologique que le projet NABIALLA et les fouilles récentes ont été mises en place.


Suite à ses travaux d’exploration il fut nommé en 1892 directeur du service des Antiquités et des musées en Egypte, où il séjourna pendant plusieurs années.


Enfin, en 1897, il devient directeur de la Délégation archéologique française en Perse, ce qui lui permit de mener à bien différents projets, dont le fameux chantier de Suse.